GAÏA

lake district

Après des siècles d’airain,
Le tumulte enfin, s’est apaisé.

Une fine poussière ocre s’est figée sur les statues,
Chahutée ça et là, par une brise cabotine ;
Une rumeur d’océan.

Les quelques personnes se sont rassemblées,
Puis, doucement, elles ont descendu les degrés
Vers Notre Dame de Sous Terre.

Dans la crypte, l’éternité est somnolente,
Réveillée de temps à autre par la chute d’une goutte d’eau,
D’un fil qui se casse pour libérer une étoile ;
Du pinceau de la Vierge vernissant la nuit…

Un homme marche,
La cathédrale s’ouvre comme une immense cage thoracique,
Ramifiée de liserons
Tapissée de feuilles d’or ;
On entend ses pas sur le sol dallé.

Demain le rideau se lèvera sur une aube rougeoyante
A l’œil d’or et aux plaines
Fleuries de bisons,
Ce sera le nouveau monde.

Publicités