Un silence ancien, c’est tout ce qu’il reste après ces cordes pincées,
Et pourtant…
les regards percent, les mains se trouvent,
ce jour encore, la bougie du cœur s’est allumée sans peine,
un jour lointain…
la robe à pois et la balalaïka comme défis aux tourments du siècle,
Une paix de bronze sur les visages…
Ces gens de la famille, délicieux fantômes,
s’étreignant les mains pour l’éternité,
Les plantes se sont penchées toutes seules à leurs pieds,
pour écouter les histoires, les chansons…

oui la paix sur leurs visages me fait du bien.img067