Dans ce chandelier de visages,
je n’aurai connu qu’une seule bougie
celle de ma grand-mère assise à gauche,
flamme noire et sauvagine, Joconde éveillée…
Père et mère à la pointe du triangle familial,
regard dissuadant d’une quelconque intrusion
dans cet édifice de bronze orné d’angelots costumés.
Je connais si peu de leur vie de cuir et de bois…
Impression de toucher des ailes de papillon
qui tombent en cendres, un acte de notaire
qu’on ne peut plus lire, un emprunt russe
dont je ne sais que faire.
Cette photo, je lui rends un ultime hommage,
je lui sais assez de force pour nous faire entendre,
le bruit des pas, une chaise qui grince
et un soupir qui nous interroge depuis ce salon d’argent.

p1925 Famille Pradel