1988. Coup de foudre, il y aura désormais avant et après…
Jusqu’alors, il avait une idée très précise de l’amour,
effroyablement intime.
Après, elle et lui découvriront le puits sans fond que recèle
le mot, ce fil de pêche emmêlé dans l’enfance et la survie,
l’objet d’étude sans fin générant une inextricable forêt
ou un vide apaisant…
Alors ils se sont pris les mains et sont montés dans le manège
la force centrifuge aidant et faisant voler en éclats :
babioles dans les poches, cris de joie, larmes,
démons et enfants intérieurs de leur wagon fantôme…
le tour de roue est le plus impressionnant des voyages immobiles,
il vous a rassemblé ou disloqué et ces deux-là avaient
trop à faire avec eux-mêmes, visiblement,
visiblement…
Il s’est alors retourné et à fini le voyage seul,
ne lui restant d’elle que le « F » de son prénom…
F qui s’est disloqué, comme trois brins de paille
emportés par le vent au dessus des tours…
grande-roue-foire-du-trone-crc3a9dits-rmn-marcel-bovis-1955