Stabat mater dolorosa,
la bougie s’étiole, la verticalité se fige.
Les enfants, étrangers à ce qui se passe,
s’agitent sans fin en poussins cruels,
Mais l’écheveau est ce qu’il est,
le démêler chaque jour, sans relâche
et un jour, être traversé par une parole,
une lueur si forte, qu’on ne saurait la partager.

Le visage s’amincit,
appelé à disparaître derrière la chevelure,
non plus femme, mais archétype de femme
seule autorisée à entendre certaines paroles
de la terre, de l’univers et de l’insondable…stabatmater 001