J’aime cette vision de l’homme s’éloignant de la Cité et pieds nus, s’apprêtant à traverser le désert, comme guidé par le cordon maternel d’une étoile.
Ici, parmi les cycles envoûtants des nappes de sons , une divinité égyptienne nous emmène dans un labyrinthe d’initiations, j’y vois les amantes de mes vies passées et futures. Le voile se lève et toutes ne sont que les différents aspects d’un seul et même être que je ne peux voir.
Toutes sont là, tenant un morceau de ma chair, dansant au sommet d’une frise. Hiéroglyphe gracieux et hypnotique…

3b6991cd9f_49136_pleiades-cnes